L’unique compétence pour reprendre le contrôle de sa vie

Reprendre le controle de sa vie

La seule chose à comprendre pour reprendre le contrôle de sa vie, c’est qu’on est responsable de nos réactions.

Tu n’es pas responsable de tout ce qu’il t’arrive, bien sûr. Mais tu es libre de choisir tes réactions. Le développement personnel se base sur cette responsabilité. Et ton bien-être dépend de ton interprétation des événements.

A partir du moment où tu sais que tu es le maître de tes choix, tu peux choisir de te laisser écraser ou de reprendre les commandes.

Positive attitude ?

Vouloir rester positif à tout prix, c’est nier l’existence des problèmes.

C’est une bonne chose d’avoir des problèmes. Pour avancer et être plus heureux, tu dois choisir quels problèmes tu veux avoir, et les résoudre.

Quand tu prends une décision, tu t’exposes à des problèmes. Et c’est toi qui les choisis. Bien sûr, tu fais face à des difficultés mais tu sais où tu vas et pourquoi tu as pris cette décision.

Dans son livre L’Art subtil de s’en foutre, Mark Manson explique que la résolution de tes problèmes est la source de ton bonheur.

En te convaincant que tout va bien dans le meilleur des mondes grâce à la positive attitude, tu ne saisis pas l’occasion de résoudre un problème et d’en tirer des leçons.

Etre positif à tout prix est une idée superficielle car le monde a besoin d’ordre et aussi de désordre pour fonctionner. Etre optimiste sonne plus juste, mais gardons en tête la manière dont fonctionne le monde.

La lumière a besoin d’obscurité pour être utile!

Il faut pouvoir accepter de choisir ce pourquoi tu serais prêt à souffrir, pas seulement ce qui te ferait plaisir dans l’immédiat.

L’échec n’existe pas

Tu en as peur, pourtant l’échec n’existe pas vraiment. Cette idée me vient du livre Pouvoir illimité d’Anthony Robbins.

Echouer, c’est expérimenter ce qui ne marche pas, et apprendre à faire les choses d’une manière différente. C’est important d’envisager l’échec comme une simple expérience, car ça peut t’aider à te détacher de l’émotion et rationaliser.

Les personnes qui réussissent, qui s’accomplissent, ne voient pas l’échec comme un obstacle. Tu as sûrement déjà entendu l’histoire de Michael Jordan qui énumère ses nombreux échecs, paniers ratés, matchs perdus, etc. pour terminer en disant : “Et c’est pour ça que j’ai réussi”. Ou de J.K. Rowling dont le scénario d’Harry Potter s’est fait refuser par des tas de maisons d’édition avant de se vendre à plus de 500 millions d’exemplaires…

L’échec est un résultat, qui donne des informations sur ce qu’il faut corriger pour faire mieux au prochain essai, jusqu’à réussir à atteindre ton objectif.

En étant responsable de ta réaction face à l’échec, tu peux choisir de ne plus le voir comme un obstacle qui fait peur, mais comme un tremplin.

Si je te demande ce que tu aurais envie de faire du reste de ta vie si tu étais certain de ne pas échouer, tu me répondrais sûrement : “aaah oui, alors ce serait différent”. Mais pourquoi ce serait différent? Si tu prends les commandes et que tu décides de voir les échecs comme des leçons, alors non, ce ne serait plus différent.

Une vision négative de l’échec lui donne l’occasion d’exister. Change ton interprétation, et l’échec n’existe plus.

Reprendre le contrôle de sa vie

C’est toi qui crée le monde qui t’entoure.

Ce que je veux dire par là, c’est que tu es responsable de la manière dont tu vois les choses. Ça te permet d’accepter que tu es vulnérable, l’assumer et en faire une force.

Comprendre qu’on est responsable de ce qui nous arrive, c’est faire un premier pas vers le succès. Ça fait très “rêveur” de dire ça comme ça. Mais quand tu choisis de te relever et que tu arrêtes de pleurnicher et d’attendre qu’on te prenne la main, ta vie passe au niveau supérieur.

J’ai fait l’expérience de demander à mes amis et à ma famille de me dire quelles sont, selon eux, mes qualités et mes défauts. Ce que j’ai remarqué, c’est que la plupart des défauts qu’on m’a attribués étaient des défauts que je connaissais déjà. Au fond, ce n’était pas une surprise, et j’avais beau essayer de les camoufler, tout le monde les voyait. Et tu sais quoi? Ils m’aiment comme ça!

Ça ne veut pas dire qu’il faut se contenter de ce qu’on a et de ce qu’on est! Ce n’est pas ce que j’ai dit. Ce que je veux dire, c’est que tu peux nier autant que tu veux, ce qui existe, existe. Et une fois que tu l’acceptes et que tu en assumes la responsabilité, et bien tu goûtes un peu plus à la liberté.

Assumer la responsabilité de tes réactions face aux événements, ce n’est pas la solution de facilité. Et ce n’est pas toujours agréable.

Ça demande de l’entraînement, mais pour pouvoir reprendre le contrôle de sa vie, il n’y a pas 36 chemins…

De la météo à la mission de vie

Il fait dégueulasse dehors et ça te casse le moral? Tes amis ne montrent pas souvent qu’ils ont envie de te voir, et ça te rend dingue? Ça t’affecte que ta famille ne comprenne pas que tu aspires à une vie différente?

Oui, ça peut être aussi bête que d’être démoralisé par la météo. Choisis tes réactions, fais en une habitude! Une à la fois, et commence dès le matin. Ta journée en sera améliorée. Puis ta semaine, puis ton mois, ton année… Et petit à petit, tu auras repris le contrôle de ta vie! 🙂

Ça te parle tout ça? Dis-moi tout juste en dessous.

Étiquettes:

1 commentaire pour “L’unique compétence pour reprendre le contrôle de sa vie”

  1. Retour de ping : 13 compétences que j'aurais aimé apprendre à l'école | Kevin Detem

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.