Développement personnel : Le Bon ou la Brute?

Le développement personnel est à la mode. Et comme dans toutes les modes, il y a une part de bon, une part de moins bon, et une part de conneries.

Depuis quelques années, je m’intéresse à des manières de prendre soin de soi mentalement, physiquement, et même de temps en temps spirituellement.

J’ai essayé des trucs mignons, qui fonctionnent. Par exemple, le pouvoir de la gratitude. Cultiver la gratitude en trouvant 5 remerciements par jour. C’est-à-dire que le matin, je remerciais intérieurement quelqu’un, ou moi-même, pour un bon moment passé.

Ça peut être aussi simple que de se remercier d’avoir passé 15 minutes à se reposer sur la terrasse, entre 2 moments de travail.

J’ai lu d’autres trucs mignons, que je n’ai pas eu envie d’essayer. Des conneries, selon moi. Mais je garde toujours en tête que je me trompe peut-être. Du genre penser très fort à ce qu’on veut pour que l’univers nous l’apporte.

Non! Bouge-toi.

Ce qui nous amène au 3e type, moins mignon mais diablement efficace. Ce qui est appelé aujourd’hui le développement personnel “No Bullshit”.

Le meilleur représentant de ce “mouvement” est selon moi Mark Manson et son livre “L’Art subtil de s’en foutre”.

C’est un mouvement qui privilégie le dev perso brut, dur, celui qui fait mal mais qui fait vraiment bouger les choses.

Et pourquoi ça fait mal? Parce qu’il tape dans la vérité, dans notre égo et nos blessures profondes. Ce type de développement personnel nous oblige à voir et accepter des points faibles.

Choisir ce pour quoi on est prêt à souffrir, plutôt que voir le positif partout et se voiler la face.

Mais il y a de la douceur dans tout ça. Cette douceur, c’est la pensée que dans toute cette obscurité, l’objectif unique est de nous faire voir la lumière en s’acceptant soi-même.

Étiquettes:

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.