Savoir prendre des décisions plus facilement (6 techniques)

Comment prendre des décisions

J’ai souvent eu du mal à me décider… Que ce soit pour choisir une orientation scolaire, ou pour une destination de vacances, que ce soit important ou non, dès qu’il y avait un choix à faire, je le voyais comme un obstacle. Certaines personnes semblent savoir prendre des décisions rapidement sans que ça ne leur paraisse difficile.

T’as remarqué?

Comment ça se passe pour eux? Comment y arriver toi aussi? C’est ce qu’on va voir aujourd’hui…


J’ai créé une version audio de cet article si tu préfères l’écouter, ou si tu n’as pas le temps de lire l’article tout de suite!

Cliquez sur le bouton pour charger le contenu de anchor.fm.

Charger le contenu


T’as choisi? Tout le monde t’attend…

Tu es au resto avec des amis, tout le monde discute, ça fait longtemps que vous ne vous êtes plus vus.
Et même si ça ne fait pas vraiment longtemps, on est toujours content de voir ses amis.

Le serveur arrive pour prendre la commande et demande si tout le monde a fait son choix… et là, tu remarques qu’effectivement, tout le monde a fait son choix.

Sauf toi.

Tu es un peu mal à l’aise et tu re-parcoures rapidement le menu une 6e fois, au cas où cette fois-ci, une révélation arrivait.

Et … pas de révélation bien sûr. Tu vas juste choisir le premier qui te saute aux yeux pour faire vite, en te disant que de toute façon, il faut bien faire un choix et tu ne pouvais pas goûter à tout.
En plus, tout le monde t’attend…

Ce sera un burger! C’est simple, c’est bon et ça remplit. Tant pis pour les pâtes, ce sera pour une autre fois.

C’est énervant de ne pas arriver à se décider rapidement, même pour des choses sans grande importance.

Tu as l’impression de ne pas avoir d’avis, parfois même de ne pas avoir de personnalité.
Tu ne sais même pas ce qui est le mieux pour toi, donc tu choisis le plus facile.

Pareil pour les vacances… le weekend… les cadeaux d’anniversaire…
Mais aussi pour choisir des annonces intéressantes d’appartements ou de maisons à visiter, ou même quel médecin choisir quand tu sais qu’il y en a plusieurs autour de chez toi.

Si personne ne te regarde, tu peux passer des heures à analyser ce qui serait le mieux, sans vrai critère décisif.

Pour tes amis au resto, c’est juste un détail. Tu hésitais entre plusieurs plats, c’est tout.
Pour toi, c’est bien plus grave que ça. Tu n’arrives jamais à te décider, et tu aimerais bien pour te prononcer plus rapidement.

Savoir prendre une décision, c’est oser renoncer

Ce qu’il se passe dans notre tête lors d’une prise de décision peut être complexe.

Tu as peur d’y perdre quelque chose.
On dit souvent que faire un choix, c’est renoncer. En tant qu’humain, tu préfères éviter la perte plutôt que gagner quelque chose.
Et donc parfois, tu préfères même ne pas prendre de décision du tout. Ou attendre que quelqu’un ait décidé pour toi.

Au moins, si quelqu’un d’autre décide à ta place, tu ne dois pas endosser la responsabilité de cette décision.

Tu as peur de te tromper, tu cherches à être sûr de ton choix. Tu préfères éliminer complètement les chances de te tromper, plutôt que de simplement diminuer les risques.

En général, moins la situation est simple, et plus on réfléchit.
Par exemple, tu vas te décider beaucoup plus rapidement si le menu ne propose que 4 plats.
Si tu as une liste de 15 burgers différents, avec des noms tous plus fantaisistes les un que les autres, tu vas passer 20 minutes dessus…

Et ce n’est pas tout!
Comme si ce n’était pas assez, on a aussi nos petits anges et nos petits démons juste au dessus de nos épaules.
On les appelle les biais cognitifs.

Comme ce n’est pas le sujet du jour, je vais juste en citer un qui devrait te parler …

Le biais de confirmation. Par ce biais, ta réflexion, ta recherche, va aller dans le sens de ce que tu veux déjà.

C’est-à-dire que même si tu as l’impression de ne pas savoir te décider, tu vas chercher une réponse qui correspond à ce que tu attendais, à ce que tu veux croire.

Lors de ma dernière recherche d’appartement, j’ai été victime de ce biais.
Je voulais un appartement lumineux avec une terrasse.
Quand tu parcours les annonces dans l’immobilier, tu peux filtrer les résultats et n’afficher que, par exemple, les appartements avec terrasse.
Je ne le faisais pas.
Pourquoi? Pour avoir plus de choix… Alors que finalement, je ne regardais que les appartements avec terrasse !

Sympa le cerveau, non?

Savoir prendre plus rapidement des décisions : quelques pistes

Pour ou contre?

Il y a une technique de prise de décisions super populaire.
Je pense que tout le monde l’a déjà essayée au moins une fois : prendre une feuille de papier, et tracer 2 colonnes. Une POUR et une CONTRE.

Peser le pour et le contre, c’est bien, mais je pense que ce n’est pas assez précis. Pour améliorer cette méthode, il faut pondérer. C’est mon père qui m’a appris ça.
C’est-à-dire que tu vas donner une valeur à chaque élément que tu vas écrire dans les colonnes.

Tu ne vas pas faire comparer et peser le pour et le contre des burgers, donc pour cette fois j’abandonne l’exemple du resto.

Il y a plusieurs années, après mes études et entre quelques jobs d’intérimaire, j’ai voulu faire un voyage. Partir seul, à l’aventure.
Mais il fallait choisir une destination… Prendre une décision qui allait sans doute changer ma vie.

J’ai donc essayé de peser le pour et le contre de chaque destination, mais ça ne suffisait pas.
Mon père est passé par là, et m’a proposé de pondérer les éléments de la liste.
Par exemple, la destination A, le prix était plus élevé mais la situation du pays était plus sûre que pour la destination B.

J’allais donner une note de 1 à 5, 1 étant le moins important pour moi, 5 le plus important.
De cette façon, je pouvais calculer quelle destination était la plus importante pour moi.

Au pire, tu meurs

Dans La semaine de 4 heures, Tim Ferriss, si je me souviens bien, parle de penser au scénario du pire.
C’est-à-dire, de se demander quel est le pire scénario qui puisse arriver si tu prends telle ou telle décision.
La plupart du temps, si tu ne meurs pas, la situation est beaucoup moins grave que ce que tu pensais. Donc la décision est plus facile à prendre.

Et bien sûr, ça marche aussi dans l’autre sens en s’imaginant le meilleur scénario possible.

Labyrinthe

Quelle est la situation finale idéale?
En gardant en tête ce que tu veux comme issue, tu auras une meilleure idée du chemin à emprunter.

Dans les livres de coloriage pour enfant, il y a souvent des labyrinthes. Quand j’étais petit, au début j’aimais bien me casser la tête jusqu’à ce que je découvre qu’en partant de la sortie, on pouvait remonter vers l’entrée et ça ne ratait jamais!
Et j’ai vu mon neveu faire la même chose récemment…

C’est très vulgarisé, mais ça marche dans la réalité aussi. En prenant l’issue comme point de « focus », c’est plus facile de savoir quelles décisions prendre le long du chemin.

La méthode des 5 pourquoi

Savoir ce qui est important pour toi, ça va t’aider à te décider plus rapidement aussi.
La méthode des 5 pourquoi est simple, quand on la décrit sur papier, vite fait comme ça.
Mais mentalement ça bouscule.
Il s’agit de se demander pourquoi, 5 fois. C’est une moyenne, pas une obligation.
Mais avant de prendre une décision, si tu te demandes pourquoi tu la prends, tu vas sans doute avoir une réponse que tu connaissais déjà. Mais à partir de celle-là, tu peux te redemander pourquoi. Et en « remontant » comme ça, tu peux trouver des choses intéressantes. Comme tes vraies motivations par exemple. C’est pas rien!
J’ai d’ailleurs un autre article ou je me demandais comment se poser les bonnes questions.

La méthode des 5 pourquoi est surtout utilisée dans la résolution de problèmes et sert à trouver l’origine du problème pour pouvoir le résoudre à la source. Encore plus intéressant : cette méthode est un outil puissant pour réapprendre à penser par soi-même.

Journal

Pas trouvé de sous-titre original pour celui-ci. Mais l’idée est assez intéressante: en écrivant librement dans un cahier, à la manière d’un journal personnel, tu peux trouver des réponses à tes questions et savoir ce que tu veux. Et donc, savoir quelle décision prendre.
Ce que je fais souvent, presque 1 jour sur 3 environ, c’est que j’écris pendant 20-25 minutes dans un document vierge sur l’ordinateur, où je libère mes pensées.
Attention, au début, ça parait absurde et tu te demandes ce que tu fous là.
Après quelques sessions d’écriture libre, ça coule à flot. Tout n’est pas utile, mais tu peux trouver des idées insoupçonnées venues droit du fond de ton cerveau.

Et donc, comment prendre des décisions concrètement?

Il y a de nombreuses méthodes existantes pour aider à la prise de décision.
Celles que j’ai décrites plus haut sont celles qui marchent pour moi et que je trouve assez puissantes.

Mais il y a autre chose. J’aime me poser des questions. Et pour aider à la prise de décision, tu vas devoir t’en poser aussi!

En plus de penser à l’envers avec l’issue idéale en tête, d’avoir imaginé le pire scénario et de t’être demandé 5 fois pourquoi, j’ai encore quelques questions à te proposer.

Si ta décision est plus importante que le choix d’un repas au resto, je te propose ces questions :

  • Quel est le problème?
  • Quelles sont les alternatives?
  • Est-ce qu’il y a une autre résolution possible?
  • Est-ce que tu as toutes les infos?
  • Qu’est-ce qu’il te manque comme info?
  • Si tu choisissais X plutôt que Y, qu’est-ce qui pourrait te faire regretter cette décision?
  • A quoi tu renonces en prenant X?
  • Cette décision te rapproche-t-elle de ton but?
  • C’est une obligation, un devoir, ou une décision libre?
  • Comment tu te sentiras 10 minutes après avoir pris la décision?
  • 10 jours après?
  • 10 mois après?

Pas besoin d’écrire une dissertation. Si tu réponds déjà brièvement à ces questions quand tu es face à un dilemme, en plus des techniques expliquées plus haut, tu en sauras déjà plus sur tes motivations que si tu avais juste pesé le pour et le contre.

Et tu auras probablement déjà pris ta décision avant même d’avoir répondu à tout.

Et le toi tu futur, il en dit quoi?

Prendre l’habitude de faire des choix, ça aide à prendre conscience que ce n’est pas si difficile de prendre une décision. Dans le meilleur des cas, tu avais raison, et dans le pire des cas, tu as tort et tu ajustes ta trajectoire.

Il est souvent possible de recommencer et de réparer une erreur.

Essaie ces quelques techniques, juste pour « jouer », sur des décisions banales de la vie de tous les jours.

Avec la pratique, tu n’auras même plus besoin d’y penser, ça se fera tout seul.
(Ton cerveau ne te joue pas que des mauvais tours.)

Quand tu choisiras ton plat après un coup d’oeil sur la carte, que tu choisiras l’appartement qui te plait ou le voyage qu’il te faut, tu auras réussi à choisir ce qui est bon pour toi sans avoir peur de faire une erreur.
Et tu remercieras le « toi du passé » d’avoir fait le choix aujourd’hui de prendre de meilleures décisions plus rapidement.

Cet article t’a aidé? Dis-moi comment dans les commentaires.

7 commentaires sur “Savoir prendre des décisions plus facilement (6 techniques)”

  1. J’aime bien ton dernier conseil à propos du toi du futur. Personnellement, je trouve que l’on ne pense jamais assez au temps et ce que son point de vue peut nous apporter.

    J’ai deux astuces au resto si je n’arrive pas à me décider.
    1. fermer les deux – ouvrir le menu et pointé et j’essaie
    2. je prends ce que je ne connais pas sur le menu

    Ça me force à tester de nouveaux trucs.

  2. Retour de ping : Prise de notes : 11 méthodes pour ne plus rien oublier et retrouver l'info facilement (+ apps) | Kevin Detem

  3. Retour de ping : Comment enfin appliquer ses bonnes résolutions en 2021 | Kevin Detem

  4. Retour de ping : Comment enfin tenir ses bonnes résolutions en 2021 | Kevin Detem

  5. Retour de ping : Peut-on changer de voie professionnelle à 30 ans? | Kevin Detem

  6. Retour de ping : Comment penser par soi-même : les modèles mentaux | Kevin Detem

  7. Retour de ping : Changer de travail : comment savoir si c'est le bon moment | Kevin Detem

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.