Comment penser par soi-même : les modèles mentaux

Penser par soi meme

Peut-on penser par soi-même sans se soucier des autres, sans douter de son raisonnement? Tu te sens souvent soucieux de ce que pensent les autres, jusqu’à faire des choix que tu regrettes plus tard? Les modèles mentaux sont un outil redoutable pour réapprendre à penser par soi-même et je t’en parle tout de suite.

C’est quoi les modèles mentaux

Tout le monde doit faire des choix. Certaines personnes le font plus facilement. Soit parce qu’ils ont de l’expérience et savent exactement quoi faire et quelles pourraient être les conséquences, soit parce qu’ils n’ont pas peur de se tromper, même s’ils se savent pas où ils vont.

Et bien ces deux cas sont liés. Une personne qui a de l’expérience a compris comment fonctionnent les choses en faisant des erreurs et en corrigeant le tir. Dans le deuxième cas, la personne n’a pas encore fait d’erreur mais ne va pas tarder à apprendre.

Le lien entre ces deux cas, c’est l’apprentissage de modèles mentaux. En faisant des expériences et des erreurs, on apprend et on tire des conclusions parfois inconscientes de ce qu’on a appris. Ces conclusions sont des modèles dont on se servira pour penser par soi-même et prendre des décisions.

J’ai un exemple plus concret…

Les bébés et la gravité

En ce moment, mon fils essaie de se mettre debout en s’accrochant à la table basse (ou à tout ce qui peut l’aider à devenir bipède). Il y arrive de plus en plus facilement. Mais il y a quelques jours, il a fait l’expérience de ne plus se tenir à la table! Il a donc basculé sur le coté et s’est étalé au sol trop vite pour que je puisse intervenir.

J’ai juste eu le temps de crier et perdre quelques cheveux avant de bondir pour le relever. Il était en pleurs. Effrayé, mais heureusement pas blessé.

Ensuite j’ai eu peur qu’il n’ose plus recommencer. Mais ce petit sauvage a directement réessayé, et là… Surprise! Avant de risquer une nouvelle chute, il a essayé de redescendre pour éviter de se faire mal. Il n’y est pas arrivé tout de suite, mais il a recommencé jusqu’à y arriver finalement. La technique n’est pas encore au point, mais ça avance.

Qu’est-ce qu’il s’est passé? Il a fait une première expérience de la gravité. Il va encore expérimenter quelques fois, mais l’idée est là.

La gravité est l’exemple parfait du modèle mental qu’on enregistre tous dès le plus jeune âge, pour le reste de notre vie.

Pourquoi c’est important

Dans l’exemple de mon fils, qui est valable pour nous tous, on parle bien d’un bébé qui apprend un concept de physique avant même de savoir marcher ou parler.

Il n’apprendra peut-être jamais la loi universelle de la gravitation d’Isaac Newton, mais il connaîtra la gravité toute sa vie.

Utiliser la connaissance issue de différentes disciplines et créer des connexions avec nos propres expériences peut nous aider à mieux comprendre la vie et ce qu’il nous arrive.

En apprenant des modèles mentaux, tu pourras utiliser la connaissance déjà existante, même sans l’avoir déjà expérimentée, pour t’aider à prendre plus facilement des décisions, résoudre des problèmes et surtout, penser par toi-même.

Il y a des centaines de modèles mentaux, mais certains d’entre eux reviennent souvent et sont donc les plus important à assimiler. Tu en connaîtras sûrement quelques uns, au moins en théorie.

Voici une petite sélection de modèles généraux pour commencer. Je mettrai cet article à jour petit à petit, jusqu’à ce qu’il devienne LA ressource indispensable pour apprendre à penser par soi-même!

1. Le rasoir d’Ockham

Ce matin, j’ai laissé mon fils sans surveillance pendant 20 secondes sur sa chaise haute, avec quelques jouets sur sa petite table. Quand je me suis retourné, son biberon et ses jouets étaient au sol.

J’aurais pu penser :

  • Qu’il y a eu un gros courant d’air qui a tout fait basculer,
  • Que sa table penche, alors qu’elle ne penche jamais,
  • Que le chat du voisin est entré par la fenêtre sans que je le voie et a décidé de foutre le bordel.

Mais j’ai pensé à l’explication la plus vraisemblable, selon l’expérience que j’ai déjà vécue : mon fils a tout jeté lui-même au sol parce que c’est chouette.

Ce modèle mental ne parle pas du rasoir avec lequel on se rase. Raser, en philosophie, c’est le principe d’éliminer des explications improbables. Et Guillaume d’Ockham, c’est un philosophe anglais du Moyen-Age qui a formulé ce principe pour la première fois.

C’est le principe de parcimonie. Et notre ami Guillaume l’a décrit comme ça : “Les multiples ne doivent pas être utilisés sans nécessité“.

Pour un problème, la solution la plus simple est la plus vraisemblable. Si ce n’est pas nécessaire, on ne va pas chercher de complications…

En gros, ce modèle mental sert à te faire faire une économie d’explications et à éviter la complexité inutile. Tu vas privilégier la solution la plus simple plutôt que chercher des explications toujours plus compliquées les unes que les autres.

Attention ! Souvent, l’hypothèse la plus simple est vraie MAIS ce n’est pas toujours le cas. Privilégier la plus simple, ça veut juste dire qu’on va la tester en premier. Pour gagner du temps et de l’énergie.

Et les explications les plus vraisemblables et les plus simples viennent notamment de tes expériences de vie. Encore elles. 🙂

2. La carte n’est pas le territoire

Tu trouves les explications les plus simples en regardant ta propre expérience, ta façon de voir la réalité. Et tu sais quoi? Tu ne vois pas le monde de la même manière que ton voisin.

Et ton voisin et toi, vous ne voyez pas le monde tel qu’il est vraiment. Car la carte, la représentation que vous avez de la réalité, n’est pas le territoire, la réalité.

Le territoire change constamment et la carte que tu as n’est peut-être plus à jour.

Si une route est en travaux mais que ton GPS n’est pas à jour, tu vas te retrouver face à une impasse. Régulièrement, il faut mettre les cartes à jour pour avoir des nouvelles versions des routes.

Il faut prendre conscience des limites d’une carte. Par exemple, si tu veux aller courir, tu vas regarder quel chemin tu peux prendre… Tu choisis ton parcours, tu mets tes nouvelles chaussures spéciales running, déterminé à te remettre au sport… Puis, surprise! Le terrain est bourré de montées et descentes! Ça, la carte ne te l’avait pas dit… Finalement, tu rentreras chez toi plus tôt que prévu…

Un problème vu par ton pote n’est peut-être pas un problème pour toi. Une situation difficile pour toi est peut-être facile à vivre pour ta soeur.

Ta carte se met à jour avec les expériences vécues.

Le fait de savoir que la carte n’est pas le territoire permet de mieux comprendre et communiquer avec les autres, en essayant de comprendre avec quelle carte ils se représentent le territoire.

Penser par soi-même, c’est aussi tenir compte de la réalité. Et la réalité, c’est que ta représentation du monde est influencée par ton expérience! Ce modèle permet de développer ton empathie et ouvrir ton esprit.

3. Comment vraiment penser par soi-même : les Principes Fondamentaux

Aaah le modèle mental des principes fondamentaux. Celui-ci me passionne. Il est surpuissant si on sait l’utiliser efficacement.

Il est simple. Mais pourtant très difficile à appliquer.

C’est l’art de la remise en question à l’état pur ou comment penser par soi-même à partir des lois immuables de la nature.

Ce que Shane Parrish, l’auteur de “The Great Mental Models” nous dit, c’est qu’on peut atteindre les principes fondamentaux d’un concept de 2 façons :

  1. Avec l’interrogation socratique. C’est une série de questions à (se) poser qui poussent à rationaliser au maximum, pour éviter d’être influencé par nos tripes. Si tu veux c’est le fait de se demander, entre autres, pourquoi tu penses ce que tu penses, et comment tu sais que c’est vrai

     

  2. La 2e, c’est la méthode des 5 pourquoi dont je parle dans un article sur les techniques de prise de décisions. Cette méthode, qui peut servir à connaître les valeurs qui sont importantes pour toi, peut aussi t’aider à prendre des décisions plus facilement en dégageant les principes de base d’un concept ou d’une activité. Demander et redemander pourquoi, ça t’aidera à savoir pourquoi tu fais ce que tu fais, et pourquoi les choses sont comme elles sont. Très philosophique, mais très pratique aussi pour ne pas dépendre d’autres points de vue et penser par soi-même.

     

Tu sais qui sont les meilleurs pratiquants de ces questionnements? Les enfants. 🙂

Mon fils ne parle pas encore. Et le moment où ça arrivera, d’un côté je le redoute, d’un autre côté j’attends ses 1000 “pourquoi” avec impatience. Car il m’aidera à revoir les principes fondamentaux de certaines choses et à envisager le monde comme les adultes ont arrêté de le voir en arrêtant d’être des enfants…

En gros, le modèle mental des principes fondamentaux permet de te dégager des conventions et des “parce que c’est comme ça, des “je sais pas moi, on a toujours fait comme ça”.

Penser par toi-même sans les oeillères que l’histoire, la culture et ton intuition t’ont mises. Seulement sur base de ce qui est vrai et vérifiable.

Sans ce modèle mental, on vivrait toujours dans des cavernes.

Remplacer les “c’est comme ça que tout le monde fait, donc ça doit être la bonne façon de faire…” par “Qu’est-ce qu’on sait qui est vrai là-dedans?”, et raisonner à partir de ça.

En réfléchissant à partir de principes de bases immuables, tu peux construire ta pensée indépendamment des modes, des traditions ou de ton entourage.

C’est ce principe qu’Elon Musk a utilisé pour construire des fusées moins chères que la concurrence et s’allier avec la Nasa 🙂

PS: Attention à ne pas abuser des “pourquoi” en société, tu pourrais vite devenir chiant et passer pour un taré. Faut doser.

Encore faim?

Si les modèles mentaux t’intéressent et que tu restes sur ta faim après cet article, dis-le moi dans les commentaires.

Je complèterai cet article au fur et à mesure avec des autres modèles mentaux.

Mais si tu en veux encore et que tu ne veux pas attendre, je te propose le livre dont je me suis inspiré pour écrire cet article : The Great Mental Models de Shane Parrish. Il en a écrit un 2e qui se base sur les modèles issus des sciences (physique, chimie, biologie) et a un blog, Farnam Street, qui aborde entre autres les modèles mentaux. Le seul truc, c’est que rien de tout ça n’est traduit en français. Si tu comprends l’anglais, fonce.

Alors, tu penses que tout ça va pouvoir t’aider à mieux réfléchir et faire de meilleurs choix ?

Dis-moi tout juste en dessous!

Étiquettes:

11 commentaires sur “Comment penser par soi-même : les modèles mentaux”

  1. Retour de ping : Savoir prendre des décisions facilement (6 techniques) | Kevin Detem

  2. Article très intéressant, merci beaucoup. Je pense que ces modèles mentaux peuvent nous aider à avancer et évoluer dans la vie. Je pratique déjà le second ce qui m’aide réellement à me mettre à la place des autres, à les comprendre, à communiquer avec eux et à ne rien prendre personnellement c’est la paix assurée. Je trouve que tes exemples sont parlants, je pense que pour mieux comprendre ces concepts parfois un peu flou pour le commun des mortels tu pourrais en rajouter 🙂 En tout cas merci!

  3. Je découvre ce blog et vraiment, j’ai beaucoup apprécié. Cet article m’a donné envie de découvrir le travail de Shane Parrish. Ta façon d’illustrer ses modèles rend le tout très accessible. Merci pour ce partage et au plaisir de découvrir les mises à jour !

  4. Je n’utilise pas spontanément les modèles mentaux (en tout cas pas consciemment) mais je pratique la visualisation sous plusieurs formes. J’ai aussi aussi une grande prudence sur la “preuve sociale” car on a effectivement trop tendance à écouter autrui. Ton article propose une vision des choses différente que je vois d’habitude, le livre The Great Mental Models de Shane Parrish semble apporté du contenu assez nouveau sur la question. Merci pour cet article

  5. Actrice en formation, il nous arrive souvent d’utiliser des exercices que tu décris dans cet article pour comprendre un personnage.
    Les 5 pourquoi par exemple est l’un de mes préférés et j’ai commencé à l’utiliser dans ma vie personnelle.
    Le plus dur est d’arriver à répondre au 4eme voir au 5eme pourquoi car à cet instant il faut réellement se creuser la tête. Les découvertes sont alors surprenantes. Merci du partage.

  6. Retour de ping : 2 règles de base pour tout (ré)apprendre | Kevin Detem

  7. Retour de ping : Accepter d'être vulnérable pour devenir meilleur | Kevin Detem

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.