Subvocalisation en lecture rapide : peut-on la supprimer?

Subvocalisation

Tu as peut-être déjà remarqué qu’en lisant, tu prononces silencieusement les mots. Tu as besoin de lire pour toi-même, intérieurement, pour mieux comprendre l’info. Ça te dit quelque chose? Cette petite voix intérieure s’appelle la subvocalisation. En lecture rapide, on apprend à s’en débarrasser pour accélérer… Mais est-ce qu’ont peut réellement la supprimer?

Vitesse de lecture limitée

On est limité par la vitesse de parole quand on subvocalise. La vitesse moyenne de parole est de 180 mots par minute. Et la vitesse moyenne de lecture chez un lecteur moyen est de 200 mots par minute.

Je vais t’apprendre un truc : en lecture rapide, on cherche à accélérer. Pas mal comme scoop hein?

Mais chercher à lire plus vite alors que tu prononces mentalement chaque mot, c’est limiter ta vitesse de lecture à ta vitesse de prononciation!

C’est possible d’accélérer un peu, et de prononcer les mots plus rapidement… Mais au delà de 350 mots par minute ça devient compliqué.

Du coup, on va chercher à se débarrasser de ce frein qu’est cette “prononciation mentale”, la subvocalisation.

Et on entre là sur un terrain plein de désaccords! Certains pensent qu’en subvocalisant, on arrive à mieux comprendre un texte. D’autres pensent le contraire. Et certaines personnes pensent même qu’il est impossible de supprimer cette petite voix!

Toi tu en penses quoi?
Peut-être pas grand chose pour le moment… Bon, on continue.

Subvocalisation = compréhension ?

La subvocalisation est un mécanisme naturel. Elle allégerait la charge cognitive et aiderait à la compréhension et la mémorisation de ce qui est lu.

La subvocalisation active dans le cerveau des zones utilisées pour l’écoute. On lit et “entend” simultanément, ce qui renforcerait la compréhension.

Des études scientifiques ont montré que le mouvement des lèvres, voire de la langue, était clairement détectable quand on lit pour comprendre et apprendre. Quand on survole un texte pour repérer des infos à approfondir, ces mouvements étaient beaucoup moins détectables.

On en reparle plus loin.

Qu’en pensent les Grands?

Y a ceux qui disent oui…

Selon François Richaudeau, auteur de la Méthode de Lecture rapide, référence française en la matière, subvocaliser n’est pas nécessaire à la meilleure compréhension d’un texte.

… et ceux qui disent non

De l’autre côté, il y a Tony Buzan, créateur du MindMapping et référence internationale en lecture rapide. M. Buzan estime qu’il n’est pas nécessaire d’essayer de supprimer la subvocalisation.

Car c’est simplement impossible de la supprimer totalement, mais aussi parce qu’elle est nécessaire à une meilleure rétention de l’information.

Utiliser (ou pas) la subvocalisation ?

Lecture d’écrémage, le survol, ou quand on “scanne” un texte, ne nécessite pas de se concentrer sur la compréhension. On fait du repérage.

Par contre, quand on plonge sur un passage important, peut-être qu’il vaut mieux subvocaliser.

Je trouve que les études scientifiques sont toujours bonnes à avoir comme appui, comme guide. Mais il y a deux choses qui sont plus importantes selon moi :

1) Le naturel : Par nature, on subvocalise et il est quasiment impossible de supprimer totalement cette petite voix intérieure. Au lieu de lutter de manière inespérée pour la virer, travaillons avec elle!

2) Ce qui est le meilleur pour soi. La meilleure manière de savoir ce qui est bon pour soi, c’est de faire des tests soi-même! Chaque personne est unique.

Les expériences scientifiques peuvent montrer des tendances, mais ce qui marche pour l’un ne marchera pas spécialement pour l’autre.

Les sciences montrent qu’il y a une majorité de droitiers dans le monde. Mais il y a aussi des gauchers. Et des ambidextres. Et des personnes qui écrivent de la main droite et tirent du pied gauche au foot. Etc.

Peut-on supprimer la subvocalisation?

Voilà ce que je pense.

Le cerveau est capable de supprimer la subvocalisation, mais seulement par moments. Quand tu survoles les pages pour chercher une info, ou que tu parcoures rapidement le texte, guidé par ton doigt, tu peux essayer de ne pas subvocaliser.

Mais au moment où tu trouves le paragraphe dont tu avais besoin, et que tu vas devoir mémoriser ou assimiler, la subvocalisation peut être ton alliée.

Attention à ne pas rester coincé dedans. Une fois que tu as avalé ce que tu avais à avaler, appuie sur l’accélérateur.

La lecture rapide, c’est un outil. La subvocalisation aussi. Par moments tu as besoin de supprimer la petite voix pour accélérer, et à d’autres moments tu auras besoin de ralentir sur certains passages que tu te liras à “haute voix” mentalement.

Comment supprimer la subvocalisation?

Jim Kwik, spécialiste de la lecture rapide aux Etats-Unis, propose de compter dans ta tête pendant que tu lis. Par exemple, tu comptes mentalement 1-2-3-4 pendant que tu parcoures ton texte.

Au début, c’est difficile. Mais si tu commences très lentement, tu vas pouvoir accélérer le rythme petit à petit et finir par surfer sur le texte. 🙂 Pour moi, ça marche.

Si tu ne veux pas compter, essaie juste de faire “mmmmmm” dans ta tête pendant la lecture. C’est moins éprouvant que de compter , et ça marche aussi.

Personnellement j’utilise plus souvent le “mmm” que le décompte.

Guide visuel

Petite note avant que j’oublie …
Utilise toujours ton doigt, un stylo ou une baguette comme guide visuel. C’est l’une des 3 techniques de base de la lecture rapide.

Tu l’utiliseras pour guider tes yeux le long des lignes. C’est une méthode prouvée par la science (encore celle-là). Quand tes yeux n’ont pas de guide à suivre, il font des sauts. Et c’est aussi ce qui te fait retourner si souvent en arrière et relire 3 fois la même ligne

Un guide fluidifie le mouvement et pousse à avancer.

Comme d’habitude, mets en pratique ce que tu as appris aujourd’hui et n’hésite pas à me faire part de ton expérience personnelle dans les commentaires!

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.