3 causes de l’abandon d’une nouvelle habitude

Nouvelle habitude

Tu savais que le nombre de nouveaux abonnements aux salles de sports explose en janvier chaque année? Pourtant, le taux de fréquentation diminue très rapidement de semaine en semaine…

Au mois de janvier prochain, tu demanderas sûrement à tes amis quelles sont leurs bonnes résolutions pour la nouvelle année. Et on te posera la même question…
Tout le monde sera super motivé, et dans la plupart des cas, la majorité abandonnera avant la fin du mois.

Pourquoi nos nouvelles bonnes habitudes s’évaporent si vite? Qu’est-ce qui fait qu’on n’arrive pas tenir sur la durée?

Tenir dans le temps, une fiction

Tu es déterminé. Cette fois c’est la bonne. On oublie l’année précédente, celle-ci c’est la tienne.
Tu changes tes habitudes alimentaires, sportives, tu commences même une nouvelle routine matinale saine et tu en es fier…

Puis tu sautes un jour. C’est pas grave, tu te rattraperas demain… Le lendemain tu t’y mets, mais avec beaucoup moins de conviction… Puis tu te dis qu’1 jour sur 2 c’est pas mal finalement.

Ensuite 1 jour sur 3… Et ainsi de suite, jusqu’à arrêter complètement et revenir à tes anciennes habitudes, beaucoup moins bonnes. Le problème n’est pas l’ancienne habitude elle-même, mais c’est que tu te sens un peu honteux, tu n’es pas fier de toi et tu es un peu dégoûté d’avoir si vite abandonné alors que l’année commençait bien.

Finalement ce n’était peut-être pas réaliste… C’est sans doute réservé aux gens qui ont une meilleure maîtrise d’eux-mêmes, qui sont plus forts mentalement… Et au fur et à mesure, des pensées négatives te donnent l’impression d’être moins bien que les autres.

3 raisons basiques de l’échec d’une nouvelle bonne habitude

Pourtant, la raison n’est pas toi personnellement, mais la manière dont tu t’es lancé dans l’acquisition de nouvelles habitudes. Dans son livre Un rien peut tout changer (Atomic Habits en anglais), James Clear donne quelques indices sur les causes de ces soucis.

1) Trop ambitieux

En choisissant une nouvelle habitude à adopter, tu vois grand car tu es super motivé. Mais la motivation est éphémère, et la mission parait petit à petit difficile à réaliser.
Quand on est déterminé à adopter une nouvelle habitude, on a tendance à mettre la barre trop haut. Et donc on se décourage rapidement, et on perd confiance en notre volonté et nos capacités.

Tu voulais des tablettes de chocolat à la place des abdos, mais pour ça il fallait faire une centaine d’abdos par jour. C’est énorme, et devant la grandeur de la mission, le chocolat a finalement fondu…

2) Le résultat avant tout!

Quand tu choisis d’adopter une nouvelle habitude (souvent liée au sport, bizarrement), tu penses au résultat que tu auras obtenu.
Par exemple, tu te dis qu’une bonne fois pour toute, tu vas reprendre un abonnement à la salle pour perdre quelques kilos et prendre du muscle. Et tu imagines déjà ton physique comme tu voudrais qu’il devienne, un peu moins de peau qui pend par dessus la ceinture, et des abdos un peu plus fermes …

Tu t’y mets à fond, et après quelques semaines ton objectif est atteint. Parfait. Maintenant tu peux te permettre un peu de junk food pour te récompenser. Et puis tu as le physique que tu voulais avoir.

Ton but était de pouvoir te permettre de manger à nouveau ce que tu veux sans culpabiliser…
Mais une fois ton objectif atteint, tu n’as plus d’objectif! Et tu retombes rapidement dans tes travers…

3) L’impatience (syndrome du glaçon qui ne voulait pas fondre)

Il faut arriver à persévérer. Quand tu prends une nouvelle habitude, tu dois accepter que tu n’auras pas tout de suite ce que tu veux. Comme on a vu juste au dessus, le résultat ne doit pas être le but premier. Mais même avec l’idée du résultat dans un coin de ta tête, il faut accepter qu’il n’arrivera pas tout de suite.

L’exemple de James Clear utilise dans son livre est celui d’un glaçon:
Dans une pièce où il fait -3°C, tu poses un glaçon sur la table. Il reste dans son état solide, sans bouger. Puis la pièce commence à se réchauffer… -2,5°C, -2°C etc…
Et à -0,1°C, le glaçon n’a toujours pas changé.

Et tu abandonnes, parce que malgré la volonté de faire fondre ce glaçon en réchauffant la pièce, tu n’as pas réussi.
Pourtant en attendant encore un peu que la température monte au dessus des 0°C, le glaçon aurait commencé à fondre!

Comment les contrer et adopter une nouvelle habitude

1) Diviser

Pour revenir à l’exemple des tablettes de chocolat qui demandent une routine de 100 abdos par jour… Et si tu commençais par 20 par jour? Ou encore mieux…

Olivier Lafay, dans sa méthode de musculation, propose un système par séries.
Par exemple, pour si tu veux faire 30 abdos pour commencer, tu vas faire 6 séries de 5 abdos. Chaque série étant séparée de 25 secondes de repos.

Ça parait tout petit et tu ne sentiras même pas tes muscles tirer … mais tu auras fait 30 abdos.
Et le lendemain, tu en fais 6X6, puis 6×7, etc.
En 3 jours, tu passes de 30 à 42 sans même sentir l’effort.

En divisant en plus petites parties la grande habitude que tu veux acquérir, tu te facilites la tâche et tu gardes la motivation. En plus de ça, le fait d’accomplir chaque petite mission te donnera un boost de confiance en tes capacités.

2) Apprécier le chemin

Cette fois je reprends l’exemple de l’objectif à atteindre. Comme on disait plus haut, une fois que ton objectif est atteint, tu retombes dans ton ancienne routine, souvent plus mauvaise que la nouvelle que tu essaies d’avoir.

Mais en essayant d’apprécier chaque étape sans même penser à l’objectif à atteindre, tu n’auras plus la pression de cette “ligne d’arrivée” et ta motivation restera intacte.

Pour l’exemple de la salle de sport… Et si, plutôt que de te fixer comme objectif de retrouver ta forme physique, tu fixais comme objectif de faire 3 séances d’1h par semaine?
Sans être focalisé sur ton physique idéal, tu prends goût à faire ta petite mission 3x/semaine, et tu sais quoi?
En faisant 3h de muscu par semaine, il est fort probable que tu l’obtiennes, ton physique de rêve. 😉

3) Changement d’identité

Ce point-ci se rapproche du précédent dans le sens où le résultat final ne doit pas être la priorité. Comme on vient de le voir, la pratique régulière de n’importe quelle discipline a de fortes chances de te faire arriver à ton objectif.

Ça demande de la patience, de la persévérance et de la motivation. Comment garder le cap?
En ayant en tête la personne que tu veux devenir, plutôt que le résultat que tu veux atteindre.

En visualisant ce que tu veux devenir, tu auras plus de chances de rester sur le bon chemin. Quelles sont tes croyances par rapport à toi-même?

A partir de maintenant, avant de commencer une discipline sportive, un régime, des études ou peu importe ce que tu veux mettre en place, tu seras déjà cette personne dès le début.

Imagine la personne que tu voudrais être, et demande toi quelles habitudes a cette personne.
Comporte-toi comme ce “toi du futur”. Fais comme si tu y étais déjà. Tu auras plus de chances d’adopter les habitudes nécessaires à ce changement.

Par exemple, si tu as la mauvaise habitude d’arriver régulièrement en retard, tu as surement tendance à te juger. “Je suis toujours en retard”. Essaie de changer tes croyances sur toi-même. A partir de maintenant, tu es ponctuel. Tu n’essaies pas “d’arriver plus souvent à l’heure”, non, tu ES ponctuel.

Confiance & confort

Il y a quelques mois, j’ai eu un problème au dos qui m’a obligé à renforcer ma sangle abdominale.
Pour ça, je me suis fixé comme habitude de faire la planche tous les jours. Je sais qu’une minute c’est bien, alors je voulais faire une minute par jour…

J’ai donc commencé rapidement et ça me semblait dur, et mon dos avait du mal aussi … Alors j’ai rangé mon ego, et j’ai fait 20 secondes de planche tous les matins pendant une semaine. Facile. Puis 30 la semaine suivante, et ainsi de suite.

Et bizarrement, je suis arrivé à ma nouvelle habitude d’1 minute par jour! Et comme ce n’était plus difficile, je commençais à apprécier le parcours et à en ressentir les effets positifs sur ma posture notamment.

En plus de ça, dès le début j’ai commencé à me tenir bien droit, assis ou en marche, comme si ma sangle abdominale me soutenait bien. Alors que c’était complètement inconfortable. Et petit à petit, les exercices aidant, c’est devenu naturel de me tenir droit et de me sentir soutenu.

J’avais divisé mon habitude-cible (la minute de planche quotidienne) en plus petites parties faciles à adopter, ce qui m’a fait prendre plaisir à le faire un peu chaque jour. Et en m’imaginant plus solide, j’ai réussi à “réparer” ma posture.

Si cet article t’a intéressé, contacte-moi via Facebook, Twitter, Instagram ou même en commentaire sous cet article pour me dire quels sont les obstacles qui t’empêchent d’adopter une nouvelle habitude.

2 commentaires sur “3 causes de l’abandon d’une nouvelle habitude”

  1. Retour de ping : Comment améliorer sa volonté quand on n'est pas Schwarzie ou Wang Enlin | Kevin Detem

  2. Retour de ping : Améliorer sa volonté : par où commencer? | Kevin Detem

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.