PhotoLecture : lire un livre en moins de 5 minutes

Photolecture

La PhotoLecture, aussi appelée PhotoReading, est une technique de lecture basée sur la mémoire photographique.

Elle se qualifie de lecture à cerveau total et se vante de pouvoir te faire lire 25 000 mots par minute. C’est-à-dire un livre de 200 pages en moins de 3 minutes. Tout ça sans perdre en compréhension. Selon toi, mythe ou réalité?

Je l’ai testée, et malgré le flop total, je suis encore hésitant…

C’est quoi la PhotoLecture?

La PhotoLecture est basée sur la perception subliminale, l’utilisation du subconscient pour lire un livre.

Le créateur de ce concept, Paul Scheele, l’a appelée PhotoLecture car il voyait cette technique comme la photographie mentale d’un texte.
Ce nouveau concept a fait passer la lecture rapide dans une autre dimension car elle se fait cette fois inconsciemment…

Les yeux captent des millions d’images chaque jour, sans même qu’on s’en rende compte.

Par exemple, tu pourrais avoir envie d’une certaine marque de glace lors d’une journée d’été, car tu es passé devant un panneau publicitaire pour cette marque quelques heures plus tôt. Tu ne l’as pas remarqué, mais ton cerveau oui! Ce qui veut dire que l’info a été enregistrée quelque part.

C’est le principe des images subliminales.

La PhotoLecture est une méthode en 5 étapes, et peut s’appliquer à toutes sortes de textes. Du manuel d’étudiant aux recueils de lois pour les avocats.

Ce qui peut déranger, c’est que cette méthode n’est pas vraiment de la lecture au sens propre. Et elle implique de changer complètement de mentalité par rapport à l’activité même de lire.

Photolire, c’est survoler les pages d’un livre beaucoup trop vite pour que le conscient soit capable de lire les mots.
Car c’est le cerveau qui doit percevoir de manière subliminale le texte en le “photographiant”.

Si tu acceptes de changer de paradigmes, de croyances, et de tenter une nouvelle expérience, tu peux lui donner une chance. C’est ce que j’ai fait et j’en parle plus bas.

Les 5 étapes de la PhotoLecture

La PhotoLecture est une méthode, et elle se déroule en 5 étapes.

Ces 5 étapes font en sorte d’utiliser au mieux les capacités du cerveau. Les voici:

1. La préparation

La préparation consiste à fixer un objectif de lecture et se mettre dans un état de concentration détendu pour lire.

En fixant un objectif, ton cerveau a un chemin à suivre pour chercher l’info dont tu as besoin.
Avoir des objectifs, c’est la meilleure manière de savoir où on va, et pas qu’en lecture.

Se concentrer tout en étant détendu, et avoir un objectif principal de lecture, jusque là ça va.

2. Prise de vue

Cette 2e étape sert à décider si le livre vaut la peine d’être lu, en fonction de ton objectif.

Tu vas jeter un oeil à la table des matières et à la 4e de couverture (la couverture arrière) pour voir si ce livre peut répondre à tes besoins.

C’est une étape simple mais importante pour déterminer si le livre vaut la peine d’être lu. Ce serait con de lire un livre qui ne t’apporte rien.

Cela dit, si la lecture se fait en moins de 5 minutes…

Enfin, ça, on y revient plus tard.

3. Photolecture

Photolire consiste à tourner les pages du début à la fin pour les photographier mentalement.

Cette étape ne demande aucun effort conscient. Tu tournes les pages, en regardant “dans le vide” au centre de ton livre. De manière à ce que tu voies les pages un peu “floues”.
Par exemple, en fixant le pli du milieu, tu concentres ta vision périphérique sur les 4 coins du livre.

Tu tournes les pages, une par une, calmement, jusqu’à la fin du livre. Et tout ça en respirant calmement, dans un état de concentration détendu

Il faut garder ce regard flou, “défocalisé“, tout au long de la photolecture.

Après avoir photolu, logiquement, tu n’as rien compris ni rien retenu. Tu n’as aucune idée de ce que tu as vu, et c’est normal…

4. Préactivation

La préactivation est une étape plus concrète. Tu vas faire un examen rapide du livre, chercher des mots-clés et formuler des questions.

L’examen rapide consiste à feuilleter le livre en 2-3 minutes pour repérer les titres, sous-titres, passages en gras, encadrés, etc. Tout ce qui est mis en évidence.

Ensuite, tu vas chercher des mots-clés, aussi appelés mots-déclics. En parcourant le livre une nouvelle fois pendant 2-3 minutes, tu vas repérer des mots qui te sautent aux yeux. Une grosse vingtaine au total. Et tu les notes sur une feuille.

Et enfin, tu formules des questions en utilisant ces mots-déclics. Sur base des mots qui t’ont sauté aux yeux, tu vas formuler les questions que ces mots t’inspirent.

Ça permet de t’impliquer dans la lecture.

5. Activation

L’activation est la dernière étape, que tu vas réaliser après une longue pause. De 20 minutes à une nuit entière pour tout laisser mijoter.

Tu vas commencer par relire tes questions, qui peuvent être générales ou spécifiques. Pour te remettre dans le bain.

Ensuite, tu reprends ton livre et tu le survoles à la recherche des réponses aux questions. C’est un genre de lecture en diagonale.

Tu vas donc survoler, plonger dans les passages pertinents, et encore balayer les texte à la recherche de tes réponses.

Et enfin, tu notes toutes les informations récoltées sous forme de mindmap pour mieux mémoriser tout ça.

L’auteur parle d’un dernier passage appelé “lecture kayak” qui consiste à lire plus en profondeur les passages qui nécessitent d’être approfondis. C’est facultatif.

Mythe ou réalité?

J’ai teste la PhotoLecture il y a quelques années, avant même de connaître la lecture rapide.

J’étais lent à la lecture et c’était une période où je cherchais du travail. J’étais dans une phase un peu sombre, avec des restes d’esprit d’ado qui recherchait surtout des solutions de facilité.

Je suis tombé sur la PhotoLecture, je ne sais plus comment.

J’ai fait 2 weekends de formation chez une formatrice agréée par le fondateur Paul Scheele. J’ai aussi reçu son livre officiel sur le sujet.

Après un premier weekend plutôt enthousiaste, optimiste car “les résultats ne se voient pas tout de suite, c’est normal…”, le 2e weekend était beaucoup moins convaincant.

On a appliqué la méthode comme je l’ai décrite plus haut, en groupe, et ça avait l’air de plus ou moins fonctionner pour l’une ou l’autre personne qui y croyait fort, mais pas pour moi.

Je suis sorti de là dégouté, convaincu que c’était des conneries.

Aujourd’hui, je doute

Je suis toujours peu convaincu par cette technique mais je pense lui donner une autre chance. Pas au moins de me repayer une formation, faut pas exagérer. Mais j’ai le livre et la méthode. Je peux essayer par moi-même.

Je pense que je n’avais pas osé lâcher prise et changer de croyances

Et en laissant le bénéfice du doute aux capacités insoupçonnées du cerveau, et même en restant très sceptique, je me dis que rien n’est impossible.

Et toi, tu as déjà testé la PhotoLecture? Dis-moi en commentaire ce que tu penses de cette technique étrange.

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.