Devenir la meilleure version de soi meme

Devenir la meilleure version de soi-même : 29 concepts-clés

Voici une liste de 29 concepts indispensables à connaître quand on a l’ambition de devenir la meilleure version de soi-même.

Ce parcours est infini, on peut s’améliorer en permanence. Depuis que j’ai décidé de me reprendre en main il y a quelques années, j’ai pu extraire ce nectar de mes expériences et apprentissages tout au long du chemin parcouru jusqu’à présent.

Toute discipline part de principes fondamentaux. Et voici la liste (subjective et sûrement incomplète) qui, selon moi regroupe les fondements de cette partie de la psychologie accessible à tous qu’est le développement personnel.

I. Introspection

Avant de m’intéresser au développement personnel, je ne savais même pas que ça existait. Si tu lis cet article, c’est que ton aventure a déjà commencé. Peut-être que tu connais déjà plusieurs de ces concepts. Peut-être que tu es débutant complet.

Dans tous les cas, bon voyage …

Avec le temps, chaque point sera relié à un article séparé qui développera le concept et fournira des conseils pratiques. Si tu veux être tenu au courant de la sortie de chaque article, abonne-toi à ma newsletter. 😉

1. Prise de conscience

On ne peut pas changer quelque chose dont on n’est pas conscient.

Bien que l’ordre de cette liste soit subjectif et susceptible de changer, la première étape est obligatoirement la prise de conscience de la situation actuelle.

Si tu veux changer certains comportements, il faut d’abord savoir quels sont tes comportements automatiques actuels.

Prendre conscience de la réalité est un premier pas vers le changement.

2. Acceptation

Bien sûr, prendre conscience ne suffit pas. Sinon cette liste serait déjà terminée. Après avoir ouvert les yeux sur la situation, il faut l’accepter.

Comment régler un problème qu’on refuse de voir ? Et même si quelqu’un d’autre te met la tête dedans, l’acceptation ne dépend que de toi-même.

Ça peut piquer un peu au début, mais accepter ses défauts et faiblesses est une preuve d’honnêteté envers soi-même. Et un petit pas de plus vers le progrès.

3. Connaissance de soi

La connaissance de soi, de ses qualités et défauts, permet d’avoir une meilleure idée de ce qu’il y a à corriger et de tirer partie de ce qu’on sait faire de mieux.

Que ce soit pour une carrière normale, un projet entrepreneurial, ou même une nouvelle activité artistique … Sans se connaître, comment savoir où chercher ?

J’ai commencé mes recherches juste avant mes 30 ans. Avant ça, je vivais et agissais trop souvent à travers les autres. A force de me préoccuper de ce qu’on connaitrait de moi, j’en ai oublié d’apprendre moi-même à me connaître.

4. Croyances limitantes

Il y a ce qu’on sait de soi, puis il y a ce qu’on croit savoir. Et on peut y croire dur comme fer !

Des croyances limitent souvent nos capacités. Dans une interview, un journaliste dit à Kanye West d’un air moqueur mal dissimulé : « Vous pensez avoir un potentiel illimité » et Kanye lui répond : « Oui, je n’ai aucune limite. Et vous non plus. »

C’est une question de croyances ! Tu ne réaliseras jamais ce que tu ne crois pas être capable de faire.

5. Valeurs

Les valeurs sont une boussole. C’est ce qui nous anime réellement. Même quand on n’en a pas conscience.

Nous avons tous des valeurs. En prendre conscience est déterminant dans les choix et décisions qu’on prend au quotidien. Derrière toute motivation superficielle se cache une valeur profonde.

De nombreuses personnes veulent gagner beaucoup d’argent. Mais si on creuse un peu, on remarque que certaines cherchent la liberté qu’offre l’argent, d’autres préfèrent la sécurité financière.

6. Responsabilité

Nous ne sommes pas responsables de tout ce qui nous arrive, mais nous sommes responsables de nos réactions face aux événements.

Réaliser que tu es responsable de tes bonnes comme de tes mauvaises expériences, c’est un premier pas vers la liberté.

« Le mauvais temps me casse le moral » , « Je ne trouve pas de boulot à cause de la crise », « Je manque de confiance à cause de mon éducation », …

Si tu ne perds plus ton temps à chercher un coupable pour toutes tes sources de mauvaise humeur et que tu acceptes d’en être le maître, tu peux rapidement reprendre le contrôle de ta vie.

7. Les peurs

L’échec, le regard des autres, la réussite, l’inconnu, …
J’aurais pu les mettre dans les croyances limitantes, mais je trouve que les peurs sont plus profondes, viscérales.

Et de fait, là où les croyances viennent de notre expérience de vie et de notre éducation, les peurs viennent de plus loin. Pour nos ancêtre préhistoriques, un échec, un rejet du groupe, ou s’aventurer vers l’inconnu étaient synonymes de mort.

Le monde a évolué trop vite pour notre cerveau…

Mais comme nous avons vu au premier point, prendre conscience de nos peurs peut nous aider à nous en débarrasser.

8. Psychologie

Le développement personnel, c’est un peu de la psychologie pour ceux qui n’aiment pas trop dire qu’ils sont en thérapie.

Lire quelques bons livres de dev perso, c’est thérapeutique. En Europe occidentale, contrairement aux Etats-Unis notamment, consulter un psy est un peu « honteux ». C’est un sujet mais ça commence à changer…

Quoi qu’il en soit, le développement personnel est thérapeutique et lié à la psychologie.

S’ouvrir à la psycho permet de mieux comprendre les activités mentales et comportements humains. Chez les autres, et chez soi.

Ça tombe bien, c’est notre but.

9. Philosophie

Les réflexions sur soi amènent des questionnements plus profonds. Chacun développe sa manière de voir et comprendre le monde et le rôle de l’humain dans l’univers.

Dans l’ensemble de cette première partie introspective, on cherche à mieux se comprendre et à mieux se connaître. Et ça passe par la philosophie.

La philosophie peut servir de guide de pensée et de comportements. En préparant cet article, je remarque que certains principes de cette liste sont partagés par le stoïcisme, courant philosophique ancien revenu à la mode.

10. Besoins fondamentaux

Nos motivations proviennent de besoins humains fondamentaux.

Que tu veuilles devenir millionaire ou sauver la planète du dérèglement climatique, ta motivation profonde vient d’un besoin fondamental, pas juste du « simple » fait de sauver le monde ou gagner de l’argent.

Selon Maslow, les besoins fondamentaux peuvent être physiologiques, liés à la sécurité, à l’appartenance, à l’estime, à l’accomplissement de soi et même au dépassement de soi.

Prendre conscience (encore celle-là !) des besoins qui t’animent en ce moment peut être un bon point de départ pour la suite du parcours.

II. Se préparer à devenir la meilleure version de soi-même

Après la partie introspective, on va mettre un pied dans la pratique. Calmement. On ne saute pas encore dans le grand bain.
Avant d’y plonger, il faut se préparer…

11. Objectifs

La première chose à savoir, c’est où on veut aller. Le piège, c’est d’être trop vague.

Plus un objectif est clair et précis, plus on a de chances de l’atteindre. Pour nous aider, la méthode SMART existe.
SMART pour Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Temporel.

Si tes objectifs possèdent ces 5 caractéristiques, tu augmentes tes chances de les réaliser.

12. Priorités

Mieux gérer ses priorités, c’est savoir distinguer ce qui est urgent de ce qui est important.

Ce qui doit être fait rapidement est vu comme important. Et après coup, on remarque que les choses vraiment importantes s’étalent dans le temps, contrairement aux tâches urgentes.

Quelles sont tes priorités pour les 3 prochains mois ? Quand tu les as listées, reviens au point 11 et définis un objectif SMART pour chacune d’entre elles.

13. Organisation, productivité et gestion du temps

Une fois que tu connais tes priorités et que tu les as traduites en objectifs clairs et précis, il va falloir s’organiser pour les atteindre.

C’est un de mes points faibles. Et pourtant j’en connais la puissance.

  • Diviser le but principal en sous-objectifs plus faciles et rapides à atteindre
  • Consacrer 20% de son temps aux tâches qui apportent 80% des résultats. Le principe de Pareto.

Pour une réelle efficacité, il vaut mieux prendre goût au processus plutôt que viser uniquement la fin. Ce processus, ces tâches quotidiennes, pour certaines, peuvent devenir … des habitudes.

14. Habitudes et routine

Les habitudes quotidiennes, comme les fameuses routines matinales, sont sans doute l’arme la plus importante à maîtriser quand on veut prendre son destin en main.

Bon, tous les concepts de cette liste sont importants, mais j’ai une affection particulière pour les habitudes. Et c’est pourtant un autre de mes points faibles !

Ce qui est le plus important n’est pas l’action ponctuelle, mais l’effet cumulé de ces habitudes.

Un paquet de chips ou 20 abdos 20 pompes 20 squats aujourd’hui n’aura rien changé demain. Mais la même dose quotidienne pendant un an…

Les petits ruisseaux font les grandes rivières. (Ovide)

15. Minimalisme

  •  » – = +  » . Less is more, moins c’est plus (ça sonne mieux en anglais).

Retirer le superflu et se concentrer sur l’essentiel. Matériellement et immatériellement. Parfois, on avance mieux quand on décide de faire moins de choses. Ajouter des pensées ou des objets à notre quotidien contribue à polluer notre esprit et diminuer notre bien-être.

Parfois, ne rien faire aide à se « sortir la tête du guidon » et à trouver de nouvelles idées ou solutions à des problèmes qu’on pensait impossibles à résoudre.

Bref, veille à en pas avoir trop de choses à faire en même temps. Faire moins incite à faire mieux.

16. Physiologie

Ce concept est simple, mais pas facile. Il s’agit de l’hygiène naturelle.

Se tenir droit, la tête haute, contrôler sa respiration, s’alimenter sainement et en petites quantités, pratiquer une activité physique régulière …

Simple, mais pas facile. 🙂 Pour reprendre le contrôle de ton hygiène naturelle, je te propose de te lancer des défis de 30 jours. Mais les défis, on en parle plus tard.

17. Auto-discipline

L’auto-discipline, c’est comme un muscle. Elle est faible si on ne l’exerce pas.

Par nature, les humains cherchent le bénéfice immédiat, la gratification instantanée. A la préhistoire, c’était une question de survie, comme les peurs. S’il y avait une baie sucrée, il fallait tout de suite la manger pour avoir de l’énergie rapidement.

L’auto-discipline offre des avantages sur le long terme. Ce qui correspond mieux à notre mode de vie actuel.

Pour l’exercer, on s’appuiera notamment sur les objectifs, les habitudes et les routines. Plus tu t’entraînes, plus c’est facile.

18. Prise de décisions

Prendre des décisions est difficile pour une bonne partie d’entre nous. Faire un choix, c’est aussi renoncer.

Mais décider, c’est surtout avancer. Que ce soit dans la bonne ou la mauvaise direction. Et le seul moyen de savoir si c’est bon ou mauvais, c’est de se décider à aller voir.

On prend la plupart de nos décisions en fonction de notre expérience personnelle. Cette expérience imprime en nous des modèles mentaux qui nous assistent dans nos choix futurs.

Et quand cette expérience nous manque, on peut s’inspirer de celle des autres. Des modèles mentaux déjà établis depuis des siècles.

19. L’art de (se) poser les bonnes questions

Poser et se poser des questions efficaces permet d’améliorer l’esprit critique, les décisions, la créativité et les relations.

Se poser de bonnes questions permet d’apprendre à mieux se connaître, se comprendre et savoir ce dont on a besoin. C’est déjà pas mal.

Les réponses aux bonnes questions sont des éléments importants dans la prise de décision. Que ce soit pour une destination de vacances ou un choix de carrière.

Au niveau des relations, demander plusieurs fois « Et à part ça, ça va ? » dans la même conversation peut être maladroit. Des questions plus intéressantes existent pour briser la glace et renforcer des relations qui méritent de l’être.

20. L’engagement

« Il n’y a pas de réussite durable sans engagement. » C’est une des croyances à adopter pour se donner plus de chances de réussir sa vie, selon Anthony Robbins dans son livre Pouvoir illimité.

J’ai souvent entamé des projets, des activités, et même des relations sans réellement m’engager. J’ai longtemps cru à la facilité, la voie rapide. Ça m’a coûté cher. Peu d’accomplissements, peu d’évolution et des amis qui s’éloignent…

Faire les choses à moitié est dangereux. L’engagement demande du courage, car il faut faire des choix. Et comme on l’a vu plus haut, choisir c’est renoncer.

On ne peut pas accomplir de grandes choses sans un engagement profond.

III. Passer à l’action pour devenir meilleur chaque jour

Après l’introspection et la préparation — plutôt mentale bien qu’axée sur la pratique — on va entrer dans une phase encore plus active…

21. Auto-éducation

L’éducation ne s’arrête pas après l’école. Pourtant, la majorité d’entre nous ne continue pas à apprendre une fois que la scolarité est terminée.

Pour progresser, il est indispensable de continuer à s’éduquer en continu grâce aux livres, à des conférences, des formations, des podcasts, des documentaires… Il y a des ressources enrichissantes disponibles (même gratuitement) aux 4 coins du web. Autant en profiter.

S’auto-éduquer en continu permet de développer de nouvelles compétences, de s’intéresser à de nouvelles choses, rencontrer de nouvelles personnes, et bien sûr d’évoluer soi-même.

L’auto-éducation est le coeur de mon projet, à travers ce blog. Et elle englobe tous les concepts de cette liste.

22. Communication

Développer sa conscience de soi est l’un des travaux les plus importants à accomplir. Mais l’humain est un animal social depuis le début de son histoire et l’interaction avec les autres est indispensable à sa survie.

Une communication efficace permettrait d’éviter de nombreux conflits, d’apprendre à connaître les autres, accepter les différences et en faire des forces.

Pour apprendre à mieux communiquer, rien de plus simple. Il faut pratiquer. J’ai dit « simple », je n’ai pas dit « facile ». Des techniques de communication assertive et non-violente existent et fonctionnent aussi bien dans un cercle familial que dans une grande entreprise.

Communiquer, c’est aussi écouter et vouloir sincèrement comprendre, se faire entendre sans agressivité, chercher ensemble des solutions nouvelles plutôt qu’imposer son point de vue personnel.

23. Relations

Selon Jim Rohn, pilier du développement personnel, nous sommes la moyenne des 5 personnes que nous fréquentons le plus.

L’idée est de choisir soigneusement son entourage. Je ne partage pas l’avis des personnes qui disent qu’il faut se séparer des gens qui ne vont pas dans notre sens et qui ne nous encouragent pas à accomplir notre mission.

Selon moi, si tu peux être la moyenne des 5 personnes que tu fréquentes le plus, alors tu es 1/5e de l’entourage de quelqu’un. Et tu peux avoir un rôle à jouer dans l’amélioration du même entourage.

Dans tous les cas, l’entourage joue un rôle majeur dans notre réussite. Qu’on en choisisse un nouveau ou qu’on soigne celui qu’on a déjà.

24. Mimétisme

Les enfants apprennent par mimétisme. Le langage, le comportement, la pensée, tout passe par l’imitation d’un modèle jusqu’à accumuler assez de données pour créer sa propre façon de faire.

Ça se passe plus ou moins rapidement selon les personnalités, mais ce qui est sûr, c’est que si on peut apprendre à survivre et à vivre grâce au mimétisme, on peut apprendre à se dépasser grâce aux mêmes mécanismes.

Pour apprendre de nouvelles compétences, pourquoi ne pas laisser faire notre enfant intérieur ?

Trouver un ou plusieurs modèles à imiter jusqu’à comprendre ce qui fonctionne pour soi et l’adapter pour créer une nouvelle manière de faire, et pourquoi pas, devenir un modèle pour quelqu’un d’autre.

25. Défis

On passe aux choses sérieuses ! J’ai découvert que ce qui marchait le mieux sur moi pour apprendre de nouvelles choses ou créer de nouvelles habitudes, ce sont les défis.

Quand tu te lances un défi, tu utilises l’esprit de compétition et la pression sociale, qui sont tous les deux naturels, à ton avantage.

Il y a quelques mois, mon défi était de publier 31 articles en 31 jours sur ce blog. Avant ça, je publiais de manière irrégulière et j’étais souvent bloqué par le perfectionnisme. En plus de l’avoir réussi, ce défi m’a aidé à vaincre le perfectionnisme et à plus souvent passer à l’action.

Mieux vaut fait que parfait.

Les défis, ce sont des objectifs bien précis, qui demandent une routine bien précise, et qui en plus, impliquent plusieurs personnes. S’améliorer en s’amusant !

26. Action

Tous les concepts de cette liste ne servent à rien sans passage à l’action.

Agir, c’est faire un pas vers la réussite. Même en échouant !
L’action permet de mettre en lumière ce qui ne fonctionne pas, de le corriger et de faire mieux la fois suivante.

Passer à l’action est la seule manière de savoir ce qui marche ou non dans la préparation, et de s’adapter en conséquence.

Ce soir, tu as des invités. Tu as une magnifique recette de cuisine en tête. Ta propre création ! Tu prépares les ingrédients, les couteaux, les casseroles. La cuisine est prête. Puis tu décides qu’il faut perfectionner l’idée, et tu restes planté là.

Tu peux y penser aussi fort que tu veux, tant que tu n’auras pas goûté la sauce, tu ne sauras pas si elle manque de sel.

27. Régularité

On y a déjà fait allusion avec les objectifs, les habitudes et les routines. La régularité est ce qui permet de rendre un grand projet facilement réalisable.

Malheureusement, notre instinct primitif nous tire vers la gratification instantanée et les récompenses immédiates. Faire un petit effort chaque jour pour un gain futur est difficile à concevoir.

Je sais de quoi je parle, je manque de régularité et en subis souvent les conséquences ! Mais j’y travaille.

La régularité, comme l’auto-discipline, permet d’accomplir de grandes choses sans forcer. La régularité, c’est de faire de petites gestes quotidiens sans rien recevoir en retour.

Bonus 1 : L’estime de soi et la confiance en soi

On arrive au bout, et tu t’es peut-être demandé au cours de la lecture de cet article à quel moment j’allais parler de confiance en soi.

J’ai décidé d’attendre la toute fin car selon moi, tout ce chemin mène automatiquement à une meilleure estime de soi et à une meilleure confiance en soi.

A chaque étape, à chaque palier franchi, c’est comme si tu gagnais des points. Chaque action réussie t’apporte une plus grande confiance pour aborder la suivante. Et le fait d’agir pour un mieux renforce petit à petit l’estime que tu as de toi-même.

Mais attention, ça va dans les 2 sens ! Tu peux facilement plomber ton estime de toi en allant contre tes valeurs et en choisissant les mauvais chemins, sans corriger la trajectoire.

Bonus 2 : Le processus

Une dernière petite note importante qui n’est pas vraiment un concept-clé du dev perso, mais que j’avais envie d’inclure dans cet article, c’est l’appréciation du processus.

Selon James Clear, auteur de « Un rien peut tout changer », il est plus facile d’adopter des bonnes habitudes quand on prend goût au parcours plutôt qu’à la vision de la fin en elle-même.

Apprécier le processus, c’est se satisfaire de chaque petite action quotidienne au lieu d’attendre que le projet soit terminé pour s’autoriser à célébrer.

De cette manière, chaque action est une réussite et chaque réussite encourage à passer au prochain niveau.

La vie est un jeu, en fait.

2 réflexions sur “Devenir la meilleure version de soi-même : 29 concepts-clés”

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.